+ 3,5%, c’est l’augmentation des salaires annoncée par le gouvernement

mardi 28 juin 2022


Ce mardi 28 juin 2022, lors de la conférence salariale présidée par Stanislas Guerini ministre de la transformation et de la fonction publiques, annonce que le taux de revalorisation du point d’indice servant au calcul du traitement indiciaire brut des fonctionnaires, sera de 3,5 %, cette mesure rentrera en vigueur le 1er juillet !

**Un petit rappel historique :
Dans les années 90, le point d’indice dans la Fonction publique était revalorisé en fonction de l’inflation afin que les fonctionnaires ne perdent pas du pouvoir d’achat.

Ainsi entre 1995 et 2007, le point d’indice est revalorisé 18 fois soit une hausse totale de 11,6 %. Cependant, à partir de 2001, l’inflation augmente et le pouvoir d’achat des fonctionnaires décroche de 10 points.

En 2008, l’inflation atteint son plus haut niveau depuis 1991 à plus de 4 % avant de baisser à -0,75 % en 2009 d’où un petit soubresaut à cette date. Mais entre 2007 et 2010, le point d’indice n’est revalorisé que de 1,6 %.

En 2010, le point d’indice est gelé et ne sera revalorisé qu’à deux reprises sous le quinquennat Hollande, de 0,6 % à chaque fois. La rémunération des 3 fonctions publiques continue de décrocher !

Fin 2021, l’inflation augmente de nouveau fortement et atteint 4 %, cependant le gouvernement refuse toute revalorisation du point d’indice. Soit au total en 20 ans, une baisse de plus de 20 % du pouvoir d’achat des fonctionnaires !

2022, la période électorale, l’inflation galopante soit 6,8% et la colère qui monte obligent le gouvernement à faire des annonces en la matière avec une revalorisation du point qui aboutirait après les élections législatives. La grande inconnue restait alors de savoir quand et combien.

+ 3,5%.....Mais de qui ce gouvernement se moque-t-il ?
Cela est largement insuffisant au regard de la perte de pouvoir d’achat des fonctionnaires et des contractuels de droit public enregistrée depuis 10 ans, et au regard de l’inflation galopante qui va friser les 10 % d’ici à la fin de 2022.

Cette revalorisation portera la valeur du point d’indice de 4,6860€ à 4,85€. Pour un.e agent.e qui débute sa carrière à l’indice 352 (quel que soit son grade), cela augmentera son salaire net de 50€ par mois.
Nous sommes loin, très loin du compte !

Le SUNDEP Solidaires revendique toujours une augmentation substantielle des rémunérations des enseignant.es de manière à compenser la baisse de pouvoir d’achat enregistrée depuis 20 ans.

Cette augmentation de 3,5 % ne constitue pas une augmentation de 3,5 % du salaire mais seulement du traitement brut. A minima, le point d’indice devrait allègrement franchir les 5 % pour que le rattrapage soit significatif au regard des pertes cumulées depuis trop longtemps !

Alors que les responsables politiques se questionnent de l’absence d’attractivité des métiers de l’enseignement, la question salariale se pose et les réponses qui peuvent être apportées sous forme de prime ne sont pas la solution.

Quant à la mise en avant du coût budgétaire de près de 7 milliards d’euros, il s’agit d’une dépense d’investissement de la reconnaissance de l’engagement professionnel des personnels, dont celles et ceux de l’éducation nationale, qui sont en première ligne, tout comme les personnels de la santé. Le service public en général rend des missions dans l’intérêt général. Les usagers réclament des services publics de proximité et de qualité, cela passe par une rémunération cohérentes de ses agentes et agents.

Lors de ce rendez-vous salarial, d’autres mesures ont été annoncées notamment le maintien de la GIPA (garantie individuelle de pouvoir d’achat) qui traduit bien que ce dégel est bien insuffisant.

Décidément ce continuel mépris est inacceptable, et ne paye pas les loyers !

Le SUNDEP Solidaires revendique un abondement de 85 points d’indice pour toutes et tous, avec une revalorisation de la valeur du point digne de ce nom.