Mise à jour Foire aux questions du ministère le 24 avril 2021

mercredi 28 avril 2021

Ce texte précise bien que les lycées doivent fonctionner en demi-jauge, ce qui ne semble pas être le cas dans beaucoup de lycées privés.

Vous y trouverez aussi des infos sur les tests et auto-tests ainsi que sur la vaccination.

Qu’en est-il de la demie jauge ? extrait page 6 :
A compter du lundi 3 mai 2021, les enseignements dans le second degré pourront reprendre de la manière suivante :
- Dans les 15 départements 1 où la situation sanitaire le justifie, les élèves en collège seront accueillis avec un fonctionnement hybride, soit une présence fixée à maximum 50% de l’effectif des niveaux de 3e et de 4e. Les élèves des classes de 6e et 5e seront quant à eux tous accueillis en présence à temps plein.
- Dans les autres départements, un fonctionnement hybride de même nature pourra être envisagé en lien avec l’autorité académique si la configuration des locaux ou d’autres contraintes ne permettent pas le respect strict du protocole sanitaire ;
- Sur l’ensemble du territoire métropolitain, les lycéens et étudiants des formations supérieures (CPGE, BTS) seront de nouveau accueillis avec un fonctionnement des lycées en demi-jauge, soit une présence fixée à maximum 50% de l’effectif total de l’établissement.

Règles pour aérer les classes ?

Les règles concernant l’aération des locaux, facilitées par l’arrivée des beaux jours, doivent également être strictement respectées. Une aération de tous les locaux occupés (dont les salles de classe) doit avoir lieu au moins 15 minutes le matin avant l’arrivée des élèves, pendant chaque récréation, pendant les intercours, au moment du déjeuner et le soir pendant le nettoyage des locaux. Une aération de quelques minutes doit également avoir lieu a minima toutes les heures. Afin de faciliter l’appropriation de ces règles essentielles, des capteurs de CO2 peuvent utilement être utilisés. Une « fiche repères » dédiée à l’aération et à la ventilation des espaces scolaires est disponible.

extrait fiche repère (en pièce jointe)

L’inhalation d’aérosols contenant des virus SARS-CoV-2 est un des trois modes de transmission de la COVID-19. Elle se produit essentiellement dans les espaces clos. Les aérosols – des gouttelettes de diamètre inférieur à 0,01 mm – peuvent rester suspendus dans l’air pendant plusieurs heures.
Contrairement aux gouttelettes plus grosses, les aérosols peuvent être transportés sur des distances nettement supérieures à 2 m.
Plusieurs moyens sont particulièrement efficaces pour limiter l’inhalation d’aérosols : le port du masque, la diminution de la densité humaine et l’aération des locaux. L’aération consiste à remplacer l’air de la pièce par de l’air extérieur.

Mesurer le CO2 (extrait )

Le dioxyde de carbone, également appelé gaz carbonique et noté CO2, est un gaz expiré lors de la respiration humaine qui s’accumule dans les espaces clos mal ventilés. La mesure de la concentration de CO2 dans l’air permet donc d’apprécier facilement si le renouvellement d’air est suffisant ou non. En extérieur, la concentration de CO2 dans l’air est d’environ 0,04 % ou encore 400 ppm (parties par million). En intérieur, idéalement, il faudrait éviter de dépasser une concentration de 600 ppm, notamment dans les locaux où le port du masque n’est pas possible, comme les cantines scolaires. Une concentration supérieure à 0,08 % ou 800 ppm est le signe d’une aération insuffisante dans un contexte COVID-19 (recommandation actuelle du Haut Conseil de la Santé Publique www.hcsp.fr).

Utiliser des capteurs de CO2 (extrait)

La mesure de la concentration en CO2 à l’aide de capteurs permet d’évaluer facilement le niveau de renouvellement d’air. Il est recommandé d’équiper chaque école de capteurs (mobiles ou fixes) afin de déterminer la fréquence d’aération nécessaire pour chaque local ou pour contrôler le bon fonctionnement de la ventilation mécanique.
Les capteurs de CO2 disponibles sur le marché peuvent :
 indiquer la valeur du taux de CO2 mesurée exprimée en ppm (parties par million)
 indiquer, par un ou plusieurs voyants lumineux, le dépassement de valeurs seuils (typiquement 800 ppm).
Ces informations peuvent alors permettre à l’occupant de gérer l’ouverture ou la fermeture des ouvrants pour réaliser l’aération. Tous ces appareils n’ayant pas les mêmes performances techniques, il est recommandé d’utiliser des appareils disposant :
 d’une technologie NDIR (principe de l’absorption dans l’infrarouge non dispersif) ;
 de procédures d’étalonnage clairement exposées et facilement réalisables.
Pour plus d’informations sur ces sujets, il est possible de s’appuyer sur :
 le guide d’application pour la surveillance du confinement de l’air dans les établissements d’enseignement, d’accueil de la petite enfance et d’accueil de loisirs [CSTB, 2012] ;
 les travaux d’un groupement d’enseignants-chercheurs dans ce domaine : http://projetco2.fr


Documents joints

PDF - 344 ko
PDF - 955.7 ko

Commentaires

Annonces

Clips de Solidaires

Agir maintenant !

Solidaires dans un monde de brutes

Égalité Hommes-Femmes

On lâchera rien

Ode aux manifestants