Combien dure une heure de cours ?

samedi 12 août 2006

Le service des enseignants est exprimé en nombre d’heures hebdomadaires de cours.

Dans certains établissements, on vous propose, sous couvert d’« innovation pédagogique », de passer à une autre organisation du temps.

Rappel de la législation, et retombées possibles.

La circulaire N°76-121 du 24 mars 1976, toujours en vigueur, rappelle que "l’heure de cours se répartit
obligatoirement en 55 minutes d’enseignement et en 5 minutes d’interclasse, dont la durée ne peut
être augmentée, même en cas de nécessité, au détriment du temps consacré à l’enseignement.«  »Si l’emploi du temps n’est pas organisé par séquences horaires, le service hebdomadaire obligatoire d’enseignement doit être calculé, sauf dérogations prévues par les règlements en vigueur, sur la base horaire de 55
minutes d’enseignement et en fonction des obligations de service hebdomadaires fixées par les statuts de
chacun des corps d’enseignants considérés.«  »Le service hebdomadaire obligatoire d’enseignement d’un professeur certifié ne saurait ainsi être inférieur à 990 minutes, soit le temps consacré obligatoirement à l’enseignement pour 18 heures de cours.Les chefs d’établissement veilleront à la stricte application de ces dispositions."

Ce texte réglementaire ne permet donc pas de dispenser des cours de durée inférieure à 55 minutes, et pourtant, cela se pratique...

Exemple vécu d’un passage des heures de cours à 50 minutes au lieu de 55 :

Pour 10 séances de 50 minutes, le professeur doit une séance. Le temps ainsi dégagé permet la mise en place
d’heures d’aide, d’IDD. Cela peut entraîner une réduction d’horaire dans certaines matières.

Toutes les séances ne sont pas réellement à 50 minutes. Elles le sont effectivement après chaque entrée ou récréation (ex : séance de 8 heures à 8h50), puis la sonnerie marque la fin du cours 55 minutes plus tard (ex :
séance de 8h50 à 9h45).

Ainsi, selon l’emploi du temps, le professeur peut faire autant, ou plus, de séances de 55 minutes que de 50,
et devoir toujours une séance supplémentaire.

Le passage au nouvel horaire a également compliqué les heures d’entrée et de sortie en instaurant des séquences
de 75 minutes dans certaines matières. Il a été demandé aux professeurs de surveiller de surveiller la
cour de récréation de 8 heures à 8h15 une partie de l’année.

Les séances supplémentaires compensant le passage aux 50 minutes se transforment vite en heures de bénévolat.
Des professeurs (en minorité dans l’équipe) souhaitent la suppression des 50 minutes. Ils l’ont exprimé dans
un questionnaire distribué à la fin de l’année scolaire 2002-2003 en vue de la préparation de la réunion pédagogique, mais le sujet n’a pas été abordé.

Lors de la mise en place de ce système, il avait été précisé qu’il s’agissait d’un essai qui pouvait être remis en cause !

Notre commentaire :

On ne peut donc que conseiller aux enseignants d’être circonspects si on leur propose de réduire l’heure de cours pour faire « autre chose ».


Commentaires

Logo de SUNDEP
jeudi 27 novembre 2008 à 22h45 - par  SUNDEP

Aucun texte n’interdit cette solution.

Le but de la circulaire n° 76-121 du 24 mars 1976 était de préserver un temps minimum d’enseignement et de fustiger les dérives qui partageait l’heure de cours par des temps d’interclasse plus longs que 5 minutes, au détriment du temps d’enseignement.

Il n’est pas interdit de proposer des temps de récréation plus longs pourvu que le temps d’enseignement soit respecté.

Logo de Elisa
mardi 25 novembre 2008 à 09h21 - par  Elisa

Bonjour,

J’ai un directeur qui a noté à la lettre cette loi. Bilan : il a instauré, 55 min de cours + 5 min de déplacement + les récré ce qui donne au final en commençant à 8h20 de finir à 12h35 (pour 4 heures de cours) et en commançant à 13h40 de finir à 16h50 (pour trois heures de cours)
Légal ?

Cordialement

ELisa

Logo de SUNDEP
dimanche 30 mars 2008 à 12h46 - par  SUNDEP

Un chef d’établissement d’un lycée professionnel de l’enseignement privé peut-il modifier la durée « légale » d’un cours, fixée à 55minutes, par la circulaire n° 76-121 du 24 mars 1976 ?

Ce dernier a mis en place des ateliers de soutien en réduisant de 10 minutes la durée de chaque cours.

En ce qui me concerne, j’ai cette année une classe de Terminale BEP Métiers de la Comptabilité 8 heures par semaine. Je perds donc 80 minutes de cours par semaine, soit 48 heures de cours annuel en considérant que l’année scolaire compte 36 semaines.

Je souhaiterais savoir si cette pratique est autorisée car je l’estime très pénalisante pour les élèves. Comment « boucler » un programme avec 48 heures de cours en moins ?

Par ailleurs, je vous précise, que lors de ces ateliers, un enseignant peut se retrouver en présence d’élèves dont il n’est pas l’un des professeurs attitrés.

Ce chef d’établissement a-t-il le droit de faire ces ateliers ?

Plusieurs principes à faire respecter :
- le prof n’a pas à faire plus de 55 min X le nombre d’heures dû dans son service
- le dispositif ne doit pas entraîner la suppression de temps par matière, ce qui l’empêcherait de mener jusqu’au bout son programme
- il y a effectivement un problème de responsabilités vis à vis d’élèves que l’on n’a pas habituellement en cours.

Comment les faire respecter ?
- vous pouvez faire une lettre (collective est encore plus fort) à l’inspecteur de votre matière en reprenant vos arguments.
- ... faire une protestation collective interne : c’est d’ailleurs ce qu’on a fait dans ma boîte lorsque le chef d’ets a voulu nous imposer ce dispositif : AG puis modification du formulaire nous « consultant », en rajoutant une réponse de refus.

Logo de christian
lundi 17 mars 2008 à 15h34 - par  christian

Un chef d’établissement d’un lycée professionnel de l’enseignement privé peut-il modifier la durée « légale » d’un cours, fixée à 55minutes, par la circulaire n° 76-121 du 24 mars 1976 ?

Ce dernier a mis en place des ateliers de soutien en réduisant de 10 minutes la durée de chaque cours.

En ce qui me concerne, j’ai cette année une classe de Terminale BEP Métiers de la Comptabilité 8 heures par semaine. Je perds donc 80 minutes de cours par semaine, soit 48 heures de cours annuel en considérant que l’année scolaire compte 36 semaines.

Je souhaiterais savoir si cette pratique est autorisée car je l’estime très pénalisante pour les élèves. Comment « boucler » un programme avec 48 heures de cours en moins ?

Par ailleurs, je vous précise, que lors de ces ateliers, un enseignant peut se retrouver en présence d’élèves dont il n’est pas l’un des professeurs attitrés.

Ce chef d’établissement a-t-il le droit de faire ces ateliers ?

Logo de Thierry Gély
dimanche 27 août 2006 à 11h40 - par  Thierry Gély

L’article laisse croire que malgré l’interdiction des séquences à 50 minutes, il est possible d’y recourir. Plutôt que de proposer un exemple, il faut écrire que toute organisation en séquences de 50 minutes nécessite obligatoirement une autorisation de l’Administration et le classement en établissement expérimental. Ce ne peut se faire que sur un projet d’établissement dûment aceepté par l’Administration.
D’autre part, il faut montrer que le recours à des séquences de 50 minutes lèse les élèves dans certaines disciplines : toutes celles où le professeur n’a déjà que très peu d’heures. C’est sur ce point où il faut produire un exemple.

Annonces

Clips de Solidaires

Agir maintenant !

Solidaires dans un monde de brutes

Égalité Hommes-Femmes

On lâchera rien

Ode aux manifestants

Brèves

22 février - Les chiffres officiels des salaires et la réalité !

Les salaires des enseignants varient beaucoup (...)

13 février - A surveiller : les demandes d’accès au tour extérieur des professeurs du 2nd degré

Entre les vacances de février et celles de (...)

13 février - Avantage repas pour les salariés et prix du repas

La sécurité sociale a fixé le montant forfaitaire de

1er février 2016 - Bons à tout faire :

La Poste donne l’exemple : les facteurs de (...)

6 novembre 2015 - Pondération dans les sections de BTS et CPGE

Attention, pas d’attentes du jack pot :
les (...)