Le HCE recommande une formation « professionnelle » prolongée pour les enseignants

mardi 7 novembre 2006

Le Haut Conseil de l’Education a remis ses « recommandations » sur la formation des enseignants au ministre de l’éducation nationale.

« Enseigner est un métier ; de bonnes connaissances disciplinaires ne suffisent pas à faire un bon enseignant ». Il définit des compétences, demande un allongement et une professionnalisation de la formation.

Ce rapport qui, à la base, a une cohérence certaine, pourrait cependant être victime d’applications partielles et déformées :
- il a un coût qu’on voit mal assumé par les gouvernants actuels (qui, entre autres coupes sombres, ont réduit cette année de 30% les budgets de la formation continue)

- sa moindre insistance sur les compétences disciplinaires peut être le prétexte pour le ministère de pousser encore plus loin la logique de la multi compétence : il vient d’étendre le principe de bivalence dans les concours, et de rendre obligatoire l’acceptation d’heures dans une autre matière « si les besoins du service l’exigent »

- à l’heure du combat réactionnaire du ministre pour imposer le retour au B-A BA, la vision professionnalisante de ces recommandations est en opposition frontale avec les espérances de la droite éducative.

Cependant, l’alternance existe, et les besoins de réforme d’un système à bout de souffle nécessiteront sans nul doute de faire évoluer la formation des maîtres dans les directions proposées.

"Faire apprendre, conduire une classe, ou entretenir des relations confiantes avec les parents, rien ne doit être laissé au hasard de l’inné ou du charisme.

Agir de la meilleure façon face à un élève incapable de maintenir son attention sur une tâche scolaire, face à un groupe indifférent ou agité, ou à un parent démuni devant l’échec de son enfant, cela s’apprend.
La formation disciplinaire d’un côté, et la bonne volonté et de réelles qualités humaines de l’autre ne suffisent pas si l’on veut faire réussir tous les élèves.

Pour concilier enseignement de masse et élévation du niveau, le Haut Conseil de l’Education propose de raisonner, comme certains de nos voisins, en termes de compétences professionnelles des enseignants... Pour être titularisé, tout étudiant-stagiaire devra maîtriser, à la fin de sa formation initiale, les compétences requises pour enseigner".

Pour le HCE c’est clair : les connaissances disciplinaires sont nécessaires mais ne sont pas suffisantes pour former un enseignant.

Le HCE définit donc 10 compétences à maîtriser :
- la compétence disciplinaire,
- la maîtrise de la langue française,
- la capacité à concevoir son enseignement,
- .. à prendre en compte la diversité des élèves,
- .. à gérer une classe,
- .. à évaluer les élèves,
- .. à travailler en équipe et à coopérer avec les partenaires de l’Ecole,
- .. à innover,
- .. à agir de façon éthique,
- .. à utiliser les TICE.

Le HCE recommande d’appuyer la formation sur une bonne connaissance de la recherche en éducation mais aussi d’associer formation universitaire et formation sur le terrain. "La formation professionnelle s’effectue en alternance, à l’université et dans les établissements scolaires ; elle doit être partout à la fois pratique et théorique...

La formation pédagogique ne doit pas être dispensée par disciplines, mais d’abord en fonction des thématiques en jeu dans les situations professionnelles rencontrées par les professeurs, à partir d’études de cas : la personne de l’élève, le groupe-classe, l’apprentissage (processus, motivation, difficultés...), l’évaluation, la gestion des conflits, la lutte contre la violence, les relations avec les parents, la personne de l’enseignant, l’orientation, la diversité culturelle et le fait religieux, etc.".

Il est clair que cela nécessite, pour le HCE, un allongement de la formation. Celle-ci doit débuter avant l’entrée en IUFM. Dès la licence les étudiants pourraient suivre des « stages d’observation » dans différentes catégories d’établissement. Ils seraient formés à la pluridisciplinarité. Pour les professeurs des disciplines professionnelles de l’enseignement professionnel, on exigerait « une pratique effective » du métier. Les autres PLP suivraient en deuxième année un stage en entreprise sur les relations Ecole-entreprises.

Le concours en fin de première année serait purement disciplinaire et perdrait son épreuve sur dossier, ce qui semble assez contradictoire avec l’objectif de professionnalisation invoqué par le HCE. Pour lui, « les concours se situent à un stade du parcours des étudiants où ceux-ci ne sont pas censés avoir d‘expérience du métier d’enseignant : il est donc logique qu’ils aient pour première finalité de garantir un niveau disciplinaire, ainsi que des capacités intellectuelles générales indispensables à qui se destine à ce métier ».

Par contre la deuxième année de formation serait allongée de plusieurs semaines et axée sur « le cœur du métier ». Elle aurait lieu dans l’académie d’accueil du stagiaire. En fin de seconde année, la titularisation garantirait l’acquisition des compétences « sans exception et sans compensation entre elles ». Elle serait intégrée dans le système LMD et validée par des crédits ECTS de master dans le domaine de l’enseignement.

Au cours des deux premières années d’exercice, la formation serait prolongée. « La première affectation doit être encadrée, et tout professeur débutant doit bénéficier d’un accompagnement pendant deux ans, des stages obligatoires parachevant sa formation initiale ». Durant cette période, l’enseignant suivrait des stages de connaissance du système éducatif, de découverte des partenaires de l’Ecole, de prise en charge du handicap.

Il appartient maintenant au ministre de mettre en œuvre ces recommandations. Elles pourraient entrer difficilement dans les préoccupations budgétaires du ministre. Pour le moment Gilles de Robien se borne à déclarer qu’il est « favorable à une piste de formation en alternance qui n’apparaît pas nettement dans les recommandations, mais serait une des pistes les meilleures pour s’adapter aux publics diversifiés ».

Source Le Café pédagogique

Recommandation du HCE


Commentaires

Logo de Enille Montreuil
mercredi 15 février 2012 à 14h21 - par  Enille Montreuil

C’est toujours un plaisir à lire les messages sur l’éducation parce que vous voyez comment les gens sont vraiment inquiets à ce sujet développé pour servir une meilleure fin pour les jeunes et les personnes qui en ont besoin afin de progresser professionnellement. Je suis en train d’écrire mon thesis sur les réformes de l’éducation qui est pourquoi il est grand que j’ai vu cet article.

Annonces

Clips de Solidaires

Agir maintenant !

Solidaires dans un monde de brutes

Égalité Hommes-Femmes

On lâchera rien

Ode aux manifestants

Brèves

22 février 2017 - Les chiffres officiels des salaires et la réalité !

Les salaires des enseignants varient beaucoup (...)

13 février 2017 - A surveiller : les demandes d’accès au tour extérieur des professeurs du 2nd degré

Entre les vacances de février et celles de (...)

13 février 2017 - Avantage repas pour les salariés et prix du repas

La sécurité sociale a fixé le montant forfaitaire de

1er février 2016 - Bons à tout faire :

La Poste donne l’exemple : les facteurs de (...)

6 novembre 2015 - Pondération dans les sections de BTS et CPGE

Attention, pas d’attentes du jack pot :
les (...)