PISA : les « penseurs » redécouvrent l’évidence ?

mardi 15 novembre 2011

PISA par ci, PISA par là...

PISA* a été le prétexte qui a permis au Ministère :
- d’affirmer que les enseignants ne faisaient pas assez, jamais assez, et puis mal très mal ...
- d’imposer l’enseignement par compétences**, dont les enseignants ne peuvent plus, ne veulent pas !

PISA redécouvre le rôle des parents dans la réussite scolaire des enfants et adolescents !!!!!!

"Les grands penseurs internationaux découvrent que les enfants qui ont été accompagnés par leurs parents dans les apprentissages réussissent mieux que tous les autres, quelque soit le niveau social et culturel des parents.

En gros ils prouvent (c’est toujours ça) quece que disent les pédopsy depuis des dizaines d’années sur la « sécurisation affective » des enfants(même grands) est tout à fait déterminante. Exit le rôle hyperdéterminant de l’école, ou encore « l’effet professeur » sur lequel le gouvernement base ses « leviers d’efficience ». Exit l’intérêt du modèle finlandais. Et d’ailleurs si c’était là l’intérêt du modèle finlandais, celui d’avoir des parents qui s’intéressent de près aux activités de leurs enfants (la nuit est longue en Finlande...) ?

Ainsi on apprend que les jeunes de 15 ans à qui les parents ont lu des livres chaque jour ou chaque semaine pen­dant leur pre­mière année d’école pri­maire ont des notes sen­si­ble­ment plus élevées que ceux à qui les parents ont rare­ment ou jamais fait la lec­ture. Ils obtiennent en moyenne 25 points de plus au score Pisa, soit l’équivalent de plus d’une demi-année sco­laire d’avance sur leurs camarades.

Il est égale­ment béné­fique de par­ta­ger quelques ins­tants chaque jour avec l’enfant pour lui racon­ter sa jour­née, ou des his­toires. Ces acti­vi­tés simples et peu chro­no­phages ont, selon l’étude, plus d’efficacité sur les résul­tats sco­laires à long terme que de jouer avec son enfant à des jeux éduca­tifs à base d’alphabet, par exemple.

L’implication des parents reste cru­ciale jusqu’à l’adolescence. Ainsi, les élèves de 15 ans dont les parentsdis­cutent avec eux de ques­tions de société ou de poli­tique toutes les semaines obtiennent en moyenne 28 points de plus au clas­se­ment Pisa. « Discuter de livres, de films ou d’émissions de télé­vi­sion », « dis­cu­ter de ce qui se passe à l’école », « man­ger les repas en famille » ou sim­ple­ment « pas­ser du temps à par­ler avec son enfant » ont égale­ment une action béné­fique sur les résul­tats scolaires.« *PISA »Program for Inernational Student Assessment"
PISA est une enquête menée tous les trois ans auprès de jeunes de 15 ans dans les 34 pays membres de l’OCDE et dans de nombreux pays partenaires.
http://www.oecd.org/document/24/0,3746,en_32252351_32235731_38378840_1_1_1_1,00.html

**Par rapport à l’enseignement par compétences

merci au Mammouth déchaîné


Documents joints

PDF - 910.5 ko

Annonces

Clips de Solidaires

Agir maintenant !

Solidaires dans un monde de brutes

Égalité Hommes-Femmes

On lâchera rien

Ode aux manifestants